Bio artiste : quelle longueur devrait-elle faire si vous voulez qu’elle soit lue ?

0 Partages

Vous êtes concepteur d’un catalogue d’œuvres d’art et aimeriez le mettre en avant sur le web ou dans des magazines ? Si vous ne possédez pas de marge de manœuvre dans le second cas, votre exposition sur le net dépend en majeure partie de votre action.

Pour cela, de nombreux canaux vous proposent des moyens intéressants pour diffuser votre création. Des réseaux sociaux en passant par les sites spécialisés, les ressources sont larges. Et pour une parfaite introduction, il vous faudra rédiger votre biographie d’artiste de qualité.

Il s’agira de la toute première image que la presse et le public auront de vous. Toutefois, avec l’éclosion des technologies nouvelles, le monde est beaucoup moins enclin à passer du temps interminable à lire. Nous verrons donc ici la longueur idéale pour une bonne accroche.

Tout commence par une introduction courte

Vous devez prendre conscience, d’abord, que la lecture sur écran est beaucoup plus fatigante pour l’œil que celle sur papier. Plusieurs raisons l’expliquent. Tout d’abord, des études ont montré que nous clignons beaucoup moins des yeux lorsque nous regardons un écran.

D’autre part, les caractères s’y détachent moins facilement du fond que sur papier. Voilà deux détails auxquels vous devrez penser au moment de rédiger afin d’estimer une longueur adéquate. Vous commencerez alors par une introduction courte en 25 mots environ.

Elle vous servira à attirer l’attention des lecteurs et à leur donner envie d’en savoir davantage. Elle doit donc être explicite en définissant votre univers de manière simple et concise. Une description qui vous montrera sous un angle unique et consistant. Vous l’utiliserez comme un élément indépendant servant à résumer le contenu développé en dessous.

Ne perdez alors jamais de vue que vous serez également lu par des professionnels et des experts. Aussi, vous éviterez les expressions bateaux comme « le meilleur artiste » ou « exerçant depuis ma plus tendre enfance ». En effet, elles apportent peu de portée concernant votre ouvrage.

Car c’est vers lui que vous devrez diriger votre écriture. Et non, autour de votre personne. À travers votre note, vous incitez une audience éventuelle à pénétrer votre cosmos. Aussi, évitez d’étaler votre vie, vous ne feriez que décourager les personnes prêtes à vous accorder leur amabilité.

Puis vient le texte de fond

Une fois cette étape franchie, viendra ensuite le moment de développer votre propos. Ici, vous ne manquerez pas de déployer des arguments dépeignant le sens et l’orientation de votre production. D’où vous vient votre inspiration (et non pas forcément quels artistes vous influencent) et ce que vous cherchez à transmettre.

Vous discuterez des impressions que vous avez désiré engendrer dans vos accomplissements par tous leurs paramètres. Encore une fois, vous devrez déterminer la percussion de votre rhétorique. Car il vous faudra conserver le regard de votre curieux tout en vous rappelant que vous ne pouvez pas le conserver trop longtemps.

Pensez que la concurrence est grande et que zapper de l’un à l’autre est facile. Aussi, si vous laissez s’installer une perception d’ennui, ne comptez pas sur la clémence des internautes. Vous n’étalerez votre texte alors que sur une longueur de 200 à 300 mots afin qu’il soit lu en 2 minutes à peine. N’en faites surtout pas trop. Ne surjouez pas. Cela se ressentirait immédiatement.

Restez naturel et clair. Aussi fluide et limpide qu’une rivière. Indiquez également l’actualité vous concernant afin d’offrir une occasion de rendez-vous que les intéressés ne manqueront pas.

De plus, si vous en bénéficiez, vous pourrez judicieusement placer une citation placée par une personne jouissant d’une certaine notoriété. Cela appuiera de manière conséquente votre impulsion. Bien sûr, évitez de mentionner un voisin, car cela vous discréditera plus qu’autre chose.